La force insoupçonnée de l’unité

Un arbre imposant s’érige devant mon balcon. Un ancêtre qui inspire par la force de ses racines et par le déploiement de son panache. Rougeoyant de sa beauté automnale, il est aussi soumis à la puissance des vents et des tempêtes. Je l’honore.

Au cœur de nos cycles de vie, les éléments parfois nous bousculent.

Récemment, une de ses majestueuses branches s’est bruyamment arrachée de son tronc pour fracasser le sol, fracturant deux autres arbres pendant son atterrissage, atteignant le câblage électrique, nous privant de courant. Un soir de grands vents qui a heureusement épargné maisons et humains. Je fus effrayée.

Au cœur de nos cycles de vie, les éléments parfois nous frappent. On finit par s’incliner.

Le lendemain, je vois apparaître un homme à la cime de l’arbre. Étreignant à bras le corps son tronc, enlacé à lui comme on s’attache aux êtres qu’on chérit, avec protection et amour, se hissant avec force et détermination. Les armures du passé de l’arbre s’échouent au sol. Ce guerrier connait son travail. Au service de l’ainé et de la vie. J’honore ce qui se meurt, j’honore ce qui persiste à s’élever.

Au cœur de nos cycles de vie, on choisit parfois de se délester pour mieux s’élever.

Pendant ce temps, je le trouve beau, ce primate des temps modernes à la musculature herculéenne enlacé à l’arbre, harnais au corps, solide, courageux, un gamin qui s’amuse presque, un agile guerrier, un chirurgien délicat, un amoureux de la vie, certes! Je l’ai vu danser autour du cœur de l’ainé de mon jardin, il y a fait entrer la lumière. J’honore le lumineux.

Au cœur de nos cycles de vie, on choisit de se laisser pénétrer par la lumière.

Je me suis laissée émouvoir par la complémentarité de ce monde, devant le masculin sacré à l’œuvre. Inspirée par ce guerrier de lumière, j’ai choisi d’entreprendre un voyage intérieur, avec amour et bienveillance, avec force et courage. J’y ai découvert des territoires délaissés, effrités, blessés. Unifiant la puissance guerrière du masculin sacré à la douceur salvatrice du féminin sacré à l’intérieur de moi, j’ai ouvert les portes de la délivrance pour m’affranchir de ce qui me quittait déjà. J’ai offert au cœur de mon être la lumière divine surgissante et vibrante. J’honore l’unité en moi.

Au cœur de nos cycles de vie, l’union fertile du Féminin et du Masculin sacré honore l’être dans sa divine beauté.

Paru dans ROSE Webzine du Féminin sacré, novembre 2020

Partagez